Comment être de bonne humeur quand il fait gris ?

Comment être de bonne humeur quand il fait gris ?

Cet été, la météo a été un peu maussade quasiment partout en France. Nous espérions du soleil, un grand ciel bleu.. et nous avons parfois eu de la pluie et des nuages gris. Déception. On pense souvent que notre moral est meilleur quand il fait beau que quand il pleut ou qu’il fait froid. Croyance ou réalité ? Mais surtout comment faire pour être de bonne humeur quand il fait gris?

C’est la faute de la météo !

J’entends souvent les gens autour de moi râler quand il fait froid ou humide, et ça m’arrive aussi ! On a tendance à se replier sur nous, à avoir un coup de cafard et à rester au chaud sous la couette ou un plaid. Tout ça à cause du mauvais temps ! Alors que quand il fait beau, on sort, on a de l’élan..

On expérimente chacun l’influence de la météo sur notre vie : la libido est boostée par la chaleur, des études montrent qu’on est plus concentré quand il fait 17°C, les pourboires sont plus généreux quand il fait beau …

Mais une corrélation directe entre mauvais temps et petit moral n’est pas encore vraiment prouvée.

Pourquoi pense-t-on que le soleil nous rend heureux ?

Au début, les homo-sapiens, il y a quelque cent cinquante mille ans, vivaient tout nus, sans vêtements. Ils suivaient le rythme de la nature et le soleil leur permettait de s’éclairer, de se réchauffer et de chasser. Le soleil était vital ! Il a été vénéré par toutes les grandes civilisations. Chez les Aztèques, on honorait Huitzilopochtli, le Dieu du soleil au zénith, les Incas se présentaient comme les fils du soleil, le soleil est le symbole du dieu Rê chez les Egyptiens etc… On a associé le soleil à un élément positif.

C’est devenu un biais de perception. Si je suis triste et qu’il pleut, cela renforce ma conviction que le temps influe sur mon moral. Mais si je suis triste et qu’il fait beau, je ne ferai pas le rapprochement entre les deux. D’ailleurs, dans les films, les jours où les personnages dépriment ou ils sont tristes sont toujours sous la pluie…

Comment le mauvais temps pèse-t-il sur notre moral ?

Le corps humain essaie en permanence de s’adapter au climat. On se reprogramme à chaque évolution de température.

A la lecture des articles scientifiques, il semblerait que ce soit surtout le manque de lumière qui nous impacte le plus. C’est notamment sur la lumière naturelle que se synchronise notre horloge biologique.

La lumière stimule la production de sérotonine, l’hormone du bonheur. C’est pour cette raison que l’on se sent mieux quand il y a du soleil. 

Elle a aussi un impact sur la production de mélatonine, une hormone sécrétée la nuit qui régule notre horloge biologique interne, notre sommeil et donc notre humeur, nos performances physiques et intellectuelles. Trop de lumière durant la nuit ou un manque de lumière dans la journée dérègle cette production… d’où de la fatigue ou de la somnolence. 

Le corps multiplie aussi la production de cortisol quand il est en manque de lumière, et cela peut expliquer l’agressivité de certaines personnes par temps morose.

Mais il n’y a pas que ça. Par temps pluvieux, on préfère rester chez nous, au chaud, on s’isole…ce qui influe également notre moral. Le sentiment d’appartenance à la communauté tout comme la solitude ont de forts impacts sur nos humeurs. Nous l’avons bien vu durant le confinement…

Nos attentes sont aussi très élevées : en vacances, on veut du soleil ! Dès le début de l’été, on exige du beau temps comme si on avait passé un contrat avec la nature. Du coup on vit mal quand l’été n’est pas aussi beau qu’espéré. On trouve cela injuste.

La pluie pourrait-elle être bonne pour la santé ?!?

Quasiment tout le monte déteste la pluie, on sort moins, on a moins envie… mais ce serait bon pour la santé.

« La pluie libère des ions négatifs, des fines particules également chargées électriquement que l’on appelle les “vitamines de l’air”. Elles sont bénéfiques pour le corps : on est de meilleure humeur, on dort mieux, on se sent plus dynamique. C’est d’ailleurs très bon de marcher sous une petite pluie légère, l’air est généralement plus frais, les pollens sont plaqués au sol et l’oxygène entre mieux dans les poumons. »* 

De plus, l’être humain a besoin de changements. Si nous avions un grand soleil tous les jours, un sentiment de lassitude s’installerait. Psychologiquement, c’est positif de savoir qu’il y a des changements de saisons. Cela nous stimule et évite la routine. Dès qu’il y a du soleil, on a envie d’en profiter tout de suite, de sortir, de le vivre intensément. Ce qui ne serait pas le cas si tous les jours se ressemblaient.

Comment faire quand la météo est mauvaise ?

On en revient toujours au sport, de préférence à l’extérieur : bouger son corps, se focaliser sur soi, oublier ses soucis. Le sport est un bon moyen pour évacuer les toxines, être fier.e.s de soi, retrouver le moral.

Pour faire le plein de lumière, il est recommandé de sortir au moins une heure par jour, même par mauvais temps, et de laisser un maximum de lumière entrer chez soi. Les médecins conseillent aussi la luminothérapie, une exposition de 40 minutes à une heure à une lumière blanche permet de combler son déficit de soleil. Ceci permet de leurrer son corps qui produira ainsi de la sérotonine.

Autre solution pour gérer cette baisse de régime : méditer, développer sa gestion des émotions… ou partir au soleil ! Il parait qu’il a fait beau en Corse tout l’été ; )

*https://www.pourquoidocteur.fr/

Laisser un commentaire